3 AVRIL 2011: Lettre envoyée au Conseil Général et au Nouveau Conseiller Général

Publié le par asema.over-blog.com

A.S.E.MA.

Association pour la Sauvegarde de l’Environnement MArandais

Association Loi 1901

 

Président :

Michel MAITREHUT

Barbecane

Rive Droite de la Sèvre

17230 - MARANS

Tél : 06 08 92 71 66

Email : asema@barbecane.com

 

 

Marans, le 3 avril 2011

 

                  

Monsieur Le Président du Conseil Général de la Charente Maritime,

Monsieur le Conseiller Général du Canton de Marans ;

 

Comme convenu, nous revenons vers vous pour vous rappeler les mesures qui s'imposent concernant le Contournement de la ville de Marans.

 

Ce besoin de contournement a fait l’unanimité entre les deux tours des dernières élections.

 

Malheureusement, sa REALISATION s’est transformée en IDEE au troisième tour.

 

Nous vous rappelons qu’à ce jour les infrastructures routières mises en oeuvre, ne correspondent aucunement à la réalité du terrain :

 

1° Le délestage défendu par notre association depuis 1999 et réalisé à partir de 2008 par le Conseil Général de la Vendée, n'est ni suffisant, ni satisfaisant en particulier la  route étant inondable (1 mètre d'eau lors de la tempête de février 2010) ;

 

2° Le projet de liaison autoroutière Rochefort/Fontenay le Comte n'apportera pas de solution dans la mesure où  les transports exceptionnels y seront interdits de circulation et qu'un itinéraire parallèle gratuit est  obligatoire en regard d’un tronçon payant. De plus, la déclaration d'intérêt public empêche tout aménagement d’amélioration la capacité sur l'axe Nord/Sud;

 

3° Il est, d'autre part, à considérer qu'à Marans, outre l'axe Nord /Sud, il existe un axe Est/Ouest (Surgères/Charron) et de ce fait le contournement de Marans doit, dans sa conception, intégrer cette donnée.

Pour l'ensemble de ces raisons, les réalisations actuelles et les projets qui s'y greffent ne peuvent, en aucune manière satisfaire les Marandais.

 

A toutes ces considérations, ajoutons qu'alors que l'écologie, à travers le développement durable,  est portée sur l'autel du « politiquement correct », la réalité est toute autre pour les Marandaises et les Marandais.

 

DANGEROSITE par les risques d'accidents (au moins 10 morts et 8 blessés entre le Marais Fleuri et le Point du Jour soit 1km) de circulation de poids lourds et des transports de matières dangereuses pouvant entraîner des catastrophes écologiques et humaines majeures,

 

POLLUTION due à la circulation intense ( CO2/ bruit : l'ATMO a mis en évidence dans ses relevés que la rue d'Aligre est la plus polluée de la Région Poitou-Charentes).

 

A travers cela, c'est la qualité de la vie des  citoyens marandais qui est mise à mal.

 

Alors que quand nous quittons la rue d'Aligre, artère vitale, et flânons au gré de notre humeur à travers les rues de la ville, le charme de cette agglomération se donne au promeneur.

 

Marans, qui fut toujours  une capitale économique, au confluent des eaux du Marais, ne demande qu'à être découverte et s'inscrire pleinement comme haut lieu du potentiel du tourisme vert de la région Poitou-Charentes.

 

Pour toutes les raisons évoquées dans ce courrier, nous vous demandons audience pour exiger que des décisions soient prises dans l’urgence et qu’un calendrier raisonnable soit proposé aux marandais.

 

Dans l'attente de votre réponse, veuillez agréer Monsieur le Président, Monsieur le Conseiller Général, l'expression de nos sentiments républicains et démocratiques.

 

 

 

 

                                                                    Le Président

 

 

 

Copie :   Ministère de l’Environnement et du Développement Durable,

             Monsieur le Maire de Marans

Commenter cet article